Said Bouftass Phénomorphologue

La télévision Nationale en parle à l'occasion  du 3ème anniversaire de la naissance de la Phénomorphologie du corps humain organisé par l'institut National des Beaux-arts de Tétouan au Centre Culturel de Tétouan. le 17 Fevrier 2017

Qui est Said Bouftass

Said bouftass 2865 2013 02 12Said Bouftass phénomorphologue,

 le plus grand spécialiste de l'anatomie artistique au Maroc.

Né à Casablanca (Maroc) le , d'une famille originaire d'Izbi, village près de Tafraout, est artiste plasticien, enseignant chercheur à l'INBA de Tétouan, diplômé de l'ENSBA de Paris, et docteur en esthétique et histoire de l'art à l'université Paris-VIII Saint-Denis.

Biographie

 

Diplômé de l'école des beaux-arts de Paris et docteur és-arts plastiques, il a obtenu son doctorat pour une recherche intitulée La morphologie du corps humain entre science du corps et pédagogie artistique.

Colloque : Le corps dans tous ses états. Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, décembre 20061Conférence et workshop : The Human Figure Unveiled. Université de la Caroline du Sud. Columbia. États-Unis. Novembre 20102

  • Parutions de l’ouvrage « la morphologie du corps humain entre pédagogie et science du corps. Les éditions EUE. Novembre 2011»
  • Parution de l’ouvrage « Le dessin d’observation, méditations phénoménologiques. Les éditions Alberti. Novembre 2012 » 3

 Expositions

 Notes et références

  1. ↑ a et b http://www.maghress.com/fr/leconomiste/75224 [archive]
  2.  http://web.schc.sc.edu/wordpress/?attachment_id=932 [archive]
  3.  http://livre.fnac.com/a4019899/Said-Bouftass-Le-dessin-d-observation [archive]
  4.  http://www.lematin.ma/journal/Exposition-a-la-Bibliotheque-nationale-du-Royaume-du-Maroc_Le-corps-en-morceaux-de-Said-Bouftass-/177162.html [archive]
  5.  http://if-maroc.org/meknes/ [archive]
  6.  http://www.minculture.gov.ma/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=172%3Agalerie-bab-el-kebir-&catid=43&Itemid=129&lang=fr [ararchive] 

 Voire  Source d'informations     https://fr.wikipedia.org/wiki/Said_Bouftass

Consultez notre collection d'oeuvres acryliques de Said Bouftass

CV de Said BouftassCONSULTEZ CV de Said Bouftass (6.32 Mo)

 

PAGE EXTRAITE DU SITE WEB FRAGIL.ORG 

Saïd Bouftass : de l’esthétisme au combat sociétal

Saïd Bouftass, plasticien, écrivain, enseignant-chercheur, philosophe et créateur de l’école de pensée de la phénomorphologie, était l’invité de l’Université de Nantes. En résidence à la maison de quartier des Dervallières, du 21 novembre au 4 décembre, il est allé à la rencontre des habitants, chercheurs et artistes. Nous en avons profité pour le rencontrer.    

Fragil : Comment est apparue cette passion pour le dessin ? 

Saïd Bouftass : Quand ma sœur aînée, plus vieille d’une année, est rentrée à l’école, je ne comprenais pas pourquoi, moi, je restais à la maison. Mes parents m’ont alors acheté le même manuel scolaire qu’elle et j’ai recopié tous les dessins qui s’y trouvaient. L’année d’après, quand ça a été mon tour d’aller à l’école, je les connaissais déjà tous par coeur et je suis devenu le dessinateur de la classe.
Plus tard, j’ai grandi avec une obsession pour le dessin, je dessinais tout le temps. Inconsciemment, j’ai compris que c’était la recherche du corps de mon père que j’ai perdu à l’âge de 11 ans. Je voulais comprendre cela.
Après le baccalauréat, j’ai postulé pour entrer dans la fameuse école des Beaux-Arts de Paris, la meilleure au monde. Par miracle, j’ai été accepté. Je suis comme né une deuxième fois à l’école des Beaux-Arts de Paris.

Je pense que tout le monde devrait dessiner, c’est un moyen d’interroger son être, d’observer, de s’ouvrir au monde, de regarder. On ne sait pas regarder

15403264_10209748306803469_908579884_n

Dessins de Saïd Bouftass réalisés sur le vif lors de sa résidence à la Maison de quartier des Dervallières, à Nantes.

CAMILLE VANDIER

Fragil : Pouvez-vous nous expliquer l’école de pensée dont vous êtes à l’origine : la phénomorphologie ?

Saïd Bouftass : La phénomorphologie est l’association de la phénoménologie et de la morphologie.
En grec, « morphe » veut dire forme. La morphologie est l’étude de la forme du corps humain. La phénoménologie c’est la perception, l’étude des sens. A l’école des Beaux-Arts nous avons travaillé sur la morphologie du corps humain mais moi je voulais aller plus loin et réfléchir à ma pratique. Par exemple, la main n’est pas seulement un prolongement du corps, elle est surtout un prolongement de la pensée. La main nous exhibe, nous trahit, elle ne sait pas mentir et ça c’est la phénoménologie. Donc, la phénomorphologie fait le lien entre l’anatomie pure et l’esprit. Je dirais que c’est être conscient d’avoir un corps.
Je pense que tout le monde devrait dessiner, c’est un moyen d’interroger son être, d’observer, de s’ouvrir au monde, de regarder. On ne sait pas regarder.
Maurice Merleau-Ponty disait : « Il faut arriver à une maturation de la vision ». On croit voir mais le dessin me permet vraiment de déchirer le voile qui s’interpose entre moi et la réalité. Par exemple, vous connaissez le visage de votre mère. Mais si vous vous concentrez réellement sur celui-ci, il va vous paraître étranger, comme si vous ne l’aviez jamais regardé. Cette exploration de la forme donne un truc incroyable. Le dessin me permet de dévoiler l’étrangeté de ce que je croyais connaître. Finalement, l’art en général me permet de vivre pleinement, je suis conscient des choses. Il ne faut pas s’endormir dans l’habitude.

Fragil : Pour vous, quelle est la place de l’art ?

Saïd Bouftass : L’art me sauve. Vous m’enlevez l’art, quel sens a ma vie? Je ne crois pas au paradis, à l’enfer. Je pense que l’existence est beaucoup plus incroyable que ça. L’art me sort de l’absurdité de ma vie et donne du sens à tout ce que je fais.
Le bonheur c’est d’être en connexion avec soi-même. L’art me permet cette paix avec moi-même et à travers cette paix, je suis en paix avec les autres. Par exemple, les gens qui haïssent tout le monde, qui critiquent tout, c’est parce qu’il y a un problème en eux. Ceux qui sont en paix, ils propagent le bonheur, on a envie d’être avec eux, parce qu’il y a quelque chose de magique qui émanent d’eux. L’art permet ça, tous les arts.
Pour moi, l’artiste travaille avec la société, le citoyen. Il a une générosité, il créé une humanité, des interactions. On a besoin d’artistes actifs dans la société. Pour moi, c’est ça la magie de l’art.

La culture et l’art permettent la construction de l’humain mais aussi d’élever son humanité

15403010_10209748306723467_757063861_n

Œuvre de Saïd Bouftass exposée lors de sa résidence à la Maison de quartier des Dervallières, à Nantes.

CAMILLE VANDIER

Fragil : L’art et la culture ont-ils des difficultés à s’implanter au Maroc ? 

Saïd Bouftass : Le gouvernement marocain n’a toujours pas compris l’importance de l’art et de la culture dans une société. La culture et l’art permettent la construction de l’humain mais aussi d’élever son humanité. Une personne qui a joué du violon pendant des années est touchée par la grâce de la création. Elle est intègre en tant qu’humain et citoyen et ne peut donc pas mentir ni voler. La population est victime de l’échec politique et social, surtout les jeunes. Le gouvernement devrait se pencher davantage sur les enfants dès leur plus jeune âge et prendre conscience de l’importance de l’art et de la culture dans leur éducation. Malheureusement, c’est pratiquement inexistant dans les écoles. De nombreuses pratiques sont interdites par ignorance, non pas à cause de la religion, c’est vraiment un problème culturel difficile à combattre. Au Maroc, si dans un cours il y a un modèle vivant, on associera ça à de la pornographie et du sexe. On ne peut pas dessiner le corps. Il ne faut pas prétendre que tout va bien, on a des problèmes et il faut faire des efforts pour s’améliorer.

Fragil : Considérez-vous que vous êtes un artiste engagé ?

Saïd Bouftass : Je suis passionné. Je travaille sur le corps de manière totale, je n’ai pas d’obstacles, rien ne peut m’empêcher de dessiner. J’essaye quand même d’apporter de nouvelles conceptions en amenant les choses différemment. Je suis arrivé à proposer à des femmes voilées de dessiner le corps en le considérant en tant qu’objet divin. Le dessin devient alors une forme de prière pour elles. Il faut sans cesse interroger son regard, établir un contact avec le sujet. Au Maroc, les vertus et les nécessités de l’art et de la culture ne sont pas encore comprises. D’abord, je pense qu’il faut former les enseignants, leur faire prendre conscience que ces jeunes enfants sont l’avenir du monde de demain. Si vous donnez dix euros à un Marocain, il ira au McDonalds plutôt que d’acheter un livre et je me bats contre ça. Il y a quelques mois, on m’a proposé la direction pédagogique de l’école des Beaux-Arts de Tétouan où je suis déjà enseignant. Si je le suis, ça me donnera plus de poids lors des échanges avec le Ministère de la Culture et de l’Éducation.

Œuvre de Saïd Bouftass exposée lors de sa résidence à la Maison de quartier des Dervallières, à Nantes.

Œuvre de Saïd Bouftass exposée lors de sa résidence à la Maison de quartier des Dervallières, à Nantes.

CAMILLE VANDIER

En art, il faut respirer, prendre le temps, se détacher du monde et interroger son regard

Fragil : En tant qu’enseignant, que voulez-vous transmettre à vos étudiants ?

Saïd Bouftass : Déjà, je veux leur transmettre ma passion. Ce qui est difficile aujourd’hui, c’est de leur faire comprendre que l’art demande des années de travail. Ils souhaiteraient avoir un résultat avec un minimum d’effort et le plus rapidement possible. C’est le problème de l’ère de Facebook. En art, il faut respirer, prendre le temps, se détacher du monde et interroger son regard. Donc en plus de ma passion, j’essaye de leur transmettre la patience. Et puis, dans tout ce que je leur propose, l’enthousiasme est toujours présent, ils ne doivent pas avoir peur. Je leur dis toujours que mon atelier est un atelier de « ratages ». C’est en ratant qu’on progresse. C’est justement pour ça que je fais beaucoup travailler mes étudiants sur tableau noir. D’abord parce que sa taille les oblige à prendre du recul et ensuite parce qu’ils peuvent l’effacer. Ils peuvent alors vivre pleinement leur dessin, ils se libèrent de cette pression du troisième œil, du regard de l’autre. Pour résumer, j’essaye de leur faire prendre conscience de leur richesse intérieure.


Propos recueillis par Camille Vandier et Lise Simon.